Mollières

Présentation

Photos

Histoire de Mollières

La vie autrefois

Langue

Contes, récits, dictons

Le Mercantour

Guide pratique

Contact


    Lexique du Gavot molliérois

Ce lexique n'est pas un dictionnaire complet du gavot parlé à Mollières ; nous travaillons à le compléter régulièrement par de nouveaux mots.


          Introduction : prononciation, accentuation, ouverture des voyelles, genre

          Toutes les lettres se prononcent, l’orthographe n’existant pas pour une langue exclusivement orale, nous avons adopté une écriture phonétique, sans même chercher à doubler certaines consonnes qui le seraient sans doute si l’on devait écrire réellement cette langue (en se référant à l’étymologie et aux occurrences en français ou en italien). Il existe aussi plusieurs formes pour certains mots dont la conversation et l’usage oral peut jouer (ces variantes sont indiquées séparées par un « / »).Noter un flottement entre le R et le L : soulei/sourei. D’autres variantes, avec élision en début de mot, principalement avant un « s » : es- ou s-, mais on trouve également des élisions sur les petits mots, pronoms ou prépositions, en tête ou en finale. On rencontre aussi couramment des contractions, par exemple en passant au pluriel, ou en intégrant le mot dans la phrase, pour une meilleure fluidité : le dialecte molliérois est une langue qui préfère la fluidité, comme sans doute le provençal en général ainsi que l’italien. Le son « dz » n’existe pas, mais uniquement « z », le « j » ou le « g » marquent toujours le son « dj », le « ch » se dit toujours « tch », « qu » devant « e » ou « i » se dit « k ». Les féminins sont le plus souvent en « a », qui se prononce véritablement « a » ; nous n’indiquons le genre des noms que lorsqu’il peut y avoir ambiguïté. L’accent tonique est le plus souvent sur la finale, mais parfois sur la pénultième ou très rarement sur l’antépénultième : nous avons, sauf évidence, mis un accent sur la syllabe accentuée. Notons que l’accent sur le « e », aigu ou grave, a été parfois placé pour distinguer ces deux « e ». Quoi qu’il en soit, un « e » sans accent se prononcera toujours « é ». Le « e » comme le « o » est le plus souvent fermé en molliérois.


|| A || B || C || D || E || F || G || H || I || J || K || L || M ||
|| N || O || P || Q || R || S || T || U || V || W || X || Y || Z ||

fai : fardeau. « n’i a ‘n fai » : il y en a un fardeau, une grosse quantité
faièl (lou) : fléau (pour "escouire" le blé)
faïol : haricot
faire (irreg) : faire. Abrégé parfois : « lou chal fa couire » : il faut le faire cuire.
faissa : planche de terre
faissel : faisselle
fam : faim
faous : faux
farina : farine
fascismou : fascismou
fascista (masc) : fasciste
fava : fève
: foin, fourrage
fèbre : fièvre
fébriér : février
féje : foie
fèm : fumier
fenestra : fenêtre
féous (pl féouses) : fougères
fère : fer
fèrm : immobile. « stai ferm » : reste immobile, ne bouge pas
ferrar : ferrar lou bouosc : planter le "coumanglou" à la tête de la "jaina"(grume de bois) pour le tirer avec une mule (contr. desferràr). D'où les deux lieux-dits : la Ferriera et Desferroour.
ferre : 1) outil en général, pour toutes les activités 2) fer des mules et autres
fèsta : fête. « lous jous de festa » : les dimanches et jours fériés
fidèl : vermicelle, pâte fine pour la soupe (lous fidels)
fie : brebis (las fies : les moutons)
fiér : fier, orgueilleux
figuiéra : figuier
filar : filer (la laine)
filé : filet (de porc)
filha : fille
fin : jusqu’à.1) temporel, construction directe : « fin démà » : jusqu’à demain ; « fin tàrdi » : jusque tard ; fin lou més qué vè : jusqu'au mois prochain ; fin éstou séra : jusqu'à ce soir ; 2)lieu, consdtruction indirecte : fin a Mouliéras : jusqu'à Mollières ; fin al buéi : jusqu'en bas ; fin a la cima : jusqu'en haut ; fin a la rubiéra : jusqu'à la rivière
finiant : fainéant, paresseux
finiéra : fenière (grenier des maisons traditonnelles)
finir : finir
fioca (piém. Fiocca : neige) : crème fouettée sucrée et additionnée de poudre de café et/ou de chocolat noir râpé
flour : fleur ; crème (du lait)
flouriér : drap de toile pour le transport du foin notamment
fooudàl : tablier de femme (elles en portaient en permanence)
fouire : bêcher
fouje (it funghi) : cèpe
fouont : fontaine
fouora (it. fuori): sauf, en dehors de
fouorsi (it. forse): peut-être (idem : magara, bessai)
foura : satiété : « n’ai ena foura » : j’en ai assez, « m’en siou fach ena foura » : je m’en suis fait une ventrée.
fourchà : fourche
fourchina : fourchette
fourn : four
fra (lou) : un moine, un religieux (un frère)
fraire : frère
fraisse : frêne
frei : froid
fresc : frais
fricò (lou) : ragout (plat simple et très polyvalent où l'on met ce dont on dispose : des pomes de terre, d'autres légumes et éventuellement un peu de viande selon disponibilité, le tout cuit à l'étouffée en cocotte)
frola (adj essent. fém.) : légère, qui coule entre les doigt (en parlant de la terre)
froumai : fromage
frust : usé (habits par exemple)
frustana : tissu rayé en deux tons, très solide, pour des pantalons de travail (litt : à user : « frustar »). « de braias de frustana » : des pantalons en « frustana »
frustar : user
fuec : feu
fueilh (masc) : feuille (de papier), un feuillet
fuéilha : feuille
fugagna : âtre ; feu de cheminée (mode de chauffage ancestral)
furbou (adj masc et fém) : fourbe
fusi: fusil

© Copyright(c) - Mollières - Tous droits réservés - Webmaster : Romain G.