Mollières

Présentation

Photos

Histoire de Mollières

La vie autrefois

Langue

Contes, récits, dictons

Le Mercantour

Guide pratique

Contact


    Lexique du Gavot molliérois

Ce lexique n'est pas un dictionnaire complet du gavot parlé à Mollières ; nous travaillons à le compléter régulièrement par de nouveaux mots.


          Introduction : prononciation, accentuation, ouverture des voyelles, genre

          Toutes les lettres se prononcent, l’orthographe n’existant pas pour une langue exclusivement orale, nous avons adopté une écriture phonétique, sans même chercher à doubler certaines consonnes qui le seraient sans doute si l’on devait écrire réellement cette langue (en se référant à l’étymologie et aux occurrences en français ou en italien). Il existe aussi plusieurs formes pour certains mots dont la conversation et l’usage oral peut jouer (ces variantes sont indiquées séparées par un « / »).Noter un flottement entre le R et le L : soulei/sourei. D’autres variantes, avec élision en début de mot, principalement avant un « s » : es- ou s-, mais on trouve également des élisions sur les petits mots, pronoms ou prépositions, en tête ou en finale. On rencontre aussi couramment des contractions, par exemple en passant au pluriel, ou en intégrant le mot dans la phrase, pour une meilleure fluidité : le dialecte molliérois est une langue qui préfère la fluidité, comme sans doute le provençal en général ainsi que l’italien. Le son « dz » n’existe pas, mais uniquement « z », le « j » ou le « g » marquent toujours le son « dj », le « ch » se dit toujours « tch », « qu » devant « e » ou « i » se dit « k ». Les féminins sont le plus souvent en « a », qui se prononce véritablement « a » ; nous n’indiquons le genre des noms que lorsqu’il peut y avoir ambiguïté. L’accent tonique est le plus souvent sur la finale, mais parfois sur la pénultième ou très rarement sur l’antépénultième : nous avons, sauf évidence, mis un accent sur la syllabe accentuée. Notons que l’accent sur le « e », aigu ou grave, a été parfois placé pour distinguer ces deux « e ». Quoi qu’il en soit, un « e » sans accent se prononcera toujours « é ». Le « e » comme le « o » est le plus souvent fermé en molliérois.


|| A || B || C || D || E || F || G || H || I || J || K || L || M ||
|| N || O || P || Q || R || S || T || U || V || W || X || Y || Z ||

lach : lait
laché : lactaire
ladre : voleur, brigand
lai : las (devant un « s »)
laissar : laisser
lampa : lampe. lampa a petroli : lampe à pétrole
lampadina : lampe de poche
lana : laine
lansar : poindre (une douleur)
lapì : lapin
larc : large
lart : lard
las : fatigué
las/ lai (devant un « s »)
latamouli : toit à une seule pente (aussi : « en cubert a latamouli » : un toit de cette façon, très rare)
lavancha : avalanche
lèbre (fém) : lièvre
légout : une goutte (un petit peu s’agissant d’un liquide)
lénga : langue
lèsa : luge
lésàr : glisser ; skier
léscha : tranche
lévam : levain
lévàr : lever
li : y. Li vaou : j'y vais ; li véou rè : je n'y vois rien. Y au sens de lui : douna li, donne-lui.
libre : livre
liéch : lit
liéger : lire. « Liéger la vita n’en calcu » : « lire la vie à qqun », lui faire des reproches à n’en plus finir, ou plutôt rendre la vie insupportable ?
liémpler : rempli
limassa : escargot, limace, indifféremment
linsouol (it linsuolo, fr linceul) : drap
lonc : long
loouona : surface plane sans courant dans le torrent (c’est là qu’on pêche)
lou/ ou : pronom personnel de remplacement : le. « ou » en est l’élision courante : « pilha ou » pour « pilha lou » : prends-le
louba : longue et très large scie à poignées, actionnée à deux, pour débiter de gros fûts.
loui : lous (devant un « s »)
loumbart : le Lombard (vent du Nord, froid, qui vient du col Lombarde)
loup : loup
lourchar : couvrir (dans le lit)
luéc : lieu
lum (masc) : lumière, électricité
luméta (fr allumette) : allumette
luna : lune
lussou (lou) : luxe. Es da lussou : c'est luxueux.

© Copyright(c) - Mollières - Tous droits réservés - Webmaster : Romain G.