Mollières

Présentation

Photos

Histoire de Mollières

La vie autrefois

Langue

Contes, récits, dictons

Le Mercantour

Guide pratique

Contact


    Lexique du Gavot molliérois

Ce lexique n'est pas un dictionnaire complet du gavot parlé à Mollières ; nous travaillons à le compléter régulièrement par de nouveaux mots.


          Introduction : prononciation, accentuation, ouverture des voyelles, genre

          Toutes les lettres se prononcent, l’orthographe n’existant pas pour une langue exclusivement orale, nous avons adopté une écriture phonétique, sans même chercher à doubler certaines consonnes qui le seraient sans doute si l’on devait écrire réellement cette langue (en se référant à l’étymologie et aux occurrences en français ou en italien). Il existe aussi plusieurs formes pour certains mots dont la conversation et l’usage oral peut jouer (ces variantes sont indiquées séparées par un « / »).Noter un flottement entre le R et le L : soulei/sourei. D’autres variantes, avec élision en début de mot, principalement avant un « s » : es- ou s-, mais on trouve également des élisions sur les petits mots, pronoms ou prépositions, en tête ou en finale. On rencontre aussi couramment des contractions, par exemple en passant au pluriel, ou en intégrant le mot dans la phrase, pour une meilleure fluidité : le dialecte molliérois est une langue qui préfère la fluidité, comme sans doute le provençal en général ainsi que l’italien. Le son « dz » n’existe pas, mais uniquement « z », le « j » ou le « g » marquent toujours le son « dj », le « ch » se dit toujours « tch », « qu » devant « e » ou « i » se dit « k ». Les féminins sont le plus souvent en « a », qui se prononce véritablement « a » ; nous n’indiquons le genre des noms que lorsqu’il peut y avoir ambiguïté. L’accent tonique est le plus souvent sur la finale, mais parfois sur la pénultième ou très rarement sur l’antépénultième : nous avons, sauf évidence, mis un accent sur la syllabe accentuée. Notons que l’accent sur le « e », aigu ou grave, a été parfois placé pour distinguer ces deux « e ». Quoi qu’il en soit, un « e » sans accent se prononcera toujours « é ». Le « e » comme le « o » est le plus souvent fermé en molliérois.


|| A || B || C || D || E || F || G || H || I || J || K || L || M ||
|| N || O || P || Q || R || S || T || U || V || W || X || Y || Z ||

pa (lou) : pain
pailha : paille
pailhassa : paillasse
pailhassou : bon à rien
paire : père
pairì (pluriel pairins) : grand père (et nom par lequel les petits-enfants les nommaient) ; parrain
pairìn : pissenlit
pàjina : page
palai : palais
palassina : petit palais, résidence aristocratique, surtout royale (on connaissait à Mollières des résidences royales fort proches), par exemple à Valdieri, avec les fameuses chasses royales qui touchaient le domaine molliérois. « La palassina dal rei » : la résidence du roi
paléta : cueillère
palm : empan. N'i a dous palms : il y en a deux empans.
panar : essuyer
pansa : panse
pantai : rêve
pantaijar : rêver (faire des rêves)
paoure : pauvre (y compris au fig)
paouta : boue
paoutoùs : boueux
pàpa : pape
paramèla : charnière
paraouda : parole : « es de paraouda » : il est de parole ; mot : « aquéla paraouda n’es rè bella » : ce mot n’est pas beau
parar : 1) protéger. Lous escurs pàran dal frei : les volets protègent du froid. 2) préparer dans le sens « tenir prêt », dans : « para me lou sac » : tiens-moi le sac ouvert
parasol : parapluie
parassol : parapluie
paré (la) (fr. paroi): murettes de soutènement des champs en terrasses
pàri (idem ital.) : pair
parier : 1)adj : pareil (fém pariéra, pl pariérs) ;2) adv.: pareillement, de la même manière ; ainsi, de cette façon
parpèla : paupière
parpeliàr : battre des paupières
parter : diviser, partager. « Se soun partìs : ils se sont partagé (le bien, l’héritage). « Se lou soun partis » : ils se le sont partagés."pàrter per mità" : couper en deux.
passa : dans l’expression « é passa », par exemple : « ha nouvant’ans é passa » : il a quatre-vingt-dix ans et même plus.
pàssa-démà : après demain
passage : passage
pasta : pâte
patanù : tout nu
patarèl : nu
patari : lent, peu dégourdi
patraca : insecte vivant sous les cailloux des ruisseaux (appât ppour la pêche à la truite)
: pied
pébre : poivre
peira : pierre, y compris pierre à aiguiser et meule de moulin.
pèl : peau ; écorce
pènder : pendre
pénéc : sieste
pénéquiar : faire la sieste
pentìr (se) : se repentir
pér : par ; pour
péra : poire
périéra : poirier
périlha : peau d’un fruit
pérmiér : premier ; premièrement. « Lou permier coou » : la première fois
perqué : pourquoi ; parce que
pertus : petit trou
pertusar : trouer
pés (e fermé) : poids
péscha (e fermé): pêche (activité)
péschaire (e fermé): pêcheur
pésou (e fermé) : petit pois
pessùc (e fermé): un petit peu de quelque chose, par exemple de café ou de nourriture
pestris/pistris : pétrin
petròli: pétrole
pi : 1) plus (avant un adj) : es pi furbou : il est plus fourbe 2) puis : é pi : et puis 3) enclitique ponctuant la conversation (cf le « pou » du grec ancien), signifiant à peu près : quand même, à la fin : « has pi fini ! » : tu as quand même fini ! « l’hai pi fach ! » : je l’ai fait à la fin. Notons également : « n’i a pi gaire », « a pi gaire ploougù » : il y en a finalement peu ; il a finalement peu plu (valeur de modération en quelque sorte)
pic : pic à une seule pointe, servant à sortir les pierres des champs
picha : houe de taille moyenne, arrondie vers le haut, allongée et se terminant en pointe.
pichi/pichou : petit. Lous pichouns : les enfants. « La granja pichina » : la petite grange
pichiné : tout petit (fém. pichinéta)
pignata : pot ou marmitte en terre
pilhar : prendre
pioch (lou) : pioche à deux pointes, tardif à Mollières, d'origine militaire
pisque : puisque
plà (n. masc) (it. piano) : niveau d'une maison. (pluriel : plans. La maijoù a tres plans)
plancha : passerelle, pont en troncs de mélèzes pour passer la rivière, ou un ruisseau
planou : rabot
plant : le plant
plantar : planter (une plante, un clou)
plat : plat
platabanda : rabot destiné à faire des plates-bandes (en menuiserie)
plé : plein
plooure(pp ploougù) : pleuvoir
plourar : pleurer
pluma / piuma : pluma
plus : plus (négatif : ne plus)
poch : poutre
poou (nom) : un peu (en poou) ; « pi poou » : moins (dans tous les cas) (litt. « plus peu »)
poour : peur
poousar / paousar (se) (fr. pause) : se reposer
pougn : poing
pougnaou : poignée (de qqch)
pouijoù : poison
pouire (irreg) : pouvoir. P : Pouolou/pouoli, poouos, pouol, poulèn/poudèn/pouèn, poulès/poudès/pouès, pouoloun, Imp : pouilhiou, F : pourrai, C : pouriou, S : que pouoja, PPa : pougu, PPr : pouènt
pouiri : pourri
pouirir : pourrir
poulenàr (se) : se rouler (pour se prélasser ou plutôt pour jouer : ex. dans l’herbe)
poulènta : polenta
poulér (irrég, comme voulér) : pouvoir
poum (masc) : pomme
poumiér : pommier
pouncha : 1) pointe (tous sens, d’un champ, d’un bois, etc) 2) clou
pounchàr : pointer, apparaître, par ex une plante qui sort de terre
pounchù : pointu
pouorc : cochon
pouore : poireau
pouorta : porte
pouost (it. posto): endroit
poursiou : part, portion ; « per poursiou » : en proportion
pourtar : porter
pourtugàl : orange
pous : puits
pousi : oiseau ; poussin
poussa : mamelle, pis
pròpi (it. proprio): vraiment
pregar : prier
preguiéra : prière
prèire : prêtre
prim : mince, fin
prima (fém) : printemps
princi : prince
prou : 1) assez, suffisamment 2) pourtant, certes : es prou vér, ma… : c’est certes vrai, mais… ; l’ai prou fach : je l’ai pourtant fait.
pruniéra : prunier
puaou : montée. « a la puaou » : à la montée
püar : monter

© Copyright(c) - Mollières - Tous droits réservés - Webmaster : Romain G.